Retour à la page d'accueil de Paulus

Déclaration environnementale 2016

Le Traiteur PAULUS veut avant tout garantir l’entière satisfaction de ses clients, par la qualité gastronomique et par l’excellence des services.

Disposant d’une unité de production aux normes européennes, le Traiteur Paulus assure la qualité de ses produits déjà en les produisant lui-même, parfois en production anticipée et parfois sur place suivant le critère prioritaire de la qualité gastronomique.

L’entreprise est placée sous la direction générale de Frédéric LAMBEAU en coordination avec l’administrateur délégué Bruno DEMOULIN, et Benoît BOURIVAIN, administrateur et « Maître cuisinier de Belgique ».

Les personnels en salle sont formés en interne et régulièrement évalués, de même que tous nos cuisiniers, sous la conduite de Patrick Céleghin « Maître Cuisinier de Belgique ».
Nos équipes de mise en place des matériels sont très expérimentés et disposent de tous les moyens techniques nécessaires.

Notre politique des achats et l’évaluation régulière des fournisseurs permettent de concilier le juste prix avec nos hautes exigences de qualité, sous la supervision de Benoît Bourivain, « Maître Cuisinier de Belgique » et « Compagnon de l’ordre des 33 Maîtres-Queux ».
Nos personnels se font régulièrement remarquer par leur motivation, leur respect du client et leur aptitude à procurer aux clients une véritable joie par l’organisation d’événements festifs réussis.

Avec notre actionnaire les Jardins des Mondes de PAIRI DAIZA où le Traiteur Paulus a en charge
l’intégralité des points de restauration, avec le Domaine du Château de Modave, avec le Château de
Moriensart, sur tous nos endroits proposés et dans le réseau de salles et châteaux partenaires, nous
nous sommes engagés en outre à veiller au mieux à la préservation de notre environnement.

Dans cette optique nous avons développé une série d’actions « ECO-TRAITEUR » que nous avons
structurées ensuite dans une démarche managériale européenne « EMAS ».

EMAS… Environnemental Management and Audit Sheme, c’est un système par lequel l’entreprise
s’engage et organise ses démarches de bonne gestion environnementale. En bref, il s’agit
d’améliorations continues pour aller au-delà de la stricte conformité aux obligations légales, pour
impliquer activement les personnels de l’entreprise, pour communiquer de façon transparente sur
tous ces sujets, et en finalité, pour clairement démontrer une bonne performance environnementale.
L’appellation officielle étant encore relativement opaque pour le public non averti, nous aimons
dire qu’EMAS c’est un peu notre diplôme … « Environnement MASTER » !

Données de l’entreprise

Numéro d’entreprise (BCE) 0448.018.353
Dénomination, statut juridique
Appellation commerciale
Pierre Paulus, société anonyme
Traiteur Paulus
Adresse du site, siège social B. 5590 CINEY, 29 allée des Artisans
Site internet http://www.paulus.be
Personne de contact Frédéric LAMBEAU, directeur général
Nombre de personnes, en
équivalents temps pleins (ETP)
Moyenne 2014 : 67 équivalents temps pleins (ETP)
Moyenne 2015 : 75 équivalents temps pleins (ETP)
Activités Unité d’établissement
« Traiteur Paulus »
56210 Services des traiteurs : banquets et événements gastronomiques
77293 Location et location-bail de matériels pour banquets vaisselle,
couverts, verrerie, articles pour la cuisine, appareils électriques et
électroménagers
Activités Unité d’établissement
« Paulus Food Services »
10850 Fabrication de plats préparés
56290 Restauration collective sous contrat (catering)

Périmètre concerné

Nos activités concernées par le SME sont celles réalisées sur le site de l’entreprise à CINEY :
En pratique, notre Système de Management de l’Environnement (SME) couvre donc :

  • fabrications alimentaires réalisées dans l’unité d’établissement Paulus Food Services
  • logistique et services administratifs dans le bâtiment « Admin. & Locahoreca »
  • activités de « mise en place » (acheminement des matériels et matières)
  • activités de préparation des banquets et événements (« salle » et « cuisine »)
  • activités de « retours » (tout est ramené y compris les déchets)

Notre système de management de l’environnement est structuré suivant 4 étapes « P.D.C.A. » : PLAN (planification), DO (mise en oeuvre), CHECK (contrôles et mesures), ACT (réagir : évaluation et corrections). Les responsabilités sont clairement attribuées et réparties notamment entre Direction générale, Direction opérationnelle, Responsable environnement, Chefs de service, Auditeur interne. Une équipe participative appelée Team EMAS réunit chaque trimestre un groupe de 5 à 8 personnes.
Les responsabilités sont affichées dans chacun des deux bâtiments de l’entreprise.

Engagement de la direction

La direction a formalisé son engagement pour l’environnement dans un document de « politique de l’environnement » dûment signé. Ce document est intégré en fin de la présente déclaration environnementale et se termine par un slogan de circonstance pour un traiteur :

Le goût des saveurs, c’est aussi une planète qui a de belles couleurs !

Exigences de base en matière d’environnement

Un Permis d’environnement (mise à jour) avait été obtenu le 28 mai 2012 avec une validité de 20 ans. Un nouveau Permis d’environnement, suite à une modification portant sur le captage d’eau, a été obtenu le 12 05 2014 pour un terme expirant le 22 mars2032, sous la référence P.env/cl2/2013/102, couvrant les activités suivantes sur le site de l’entreprise à Ciney : atelier de production alimentaire, une cabine HT, une installation de production de froid, un captage d’eau, un rejet d’eaux industrielles et un dépôt de gaz propane.
Notre SME nous oblige à suivre l’évolution des législations environnementales et à évaluer régulièrement la conformité de nos activités en termes d’environnement.

Aspects environnementaux significatifs à la SA PAULUS

Le Traiteur Paulus n’est heureusement pas concerné par des risques industriels majeurs, son activité étant la fabrication de mets et les prestations de service. Nous avons listé de manière exhaustive nos aspects environnementaux. L’aspect environnemental le plus significatif est essentiellement la quantité d’eau utilisée, juste avant les consommations d’énergies (gaz, électricité, carburant).
Les points consommateurs les plus significatifs sont :

  • en eau distribution et captage : les productions alimentaires et les lavages (vaisselles et linges)
  • en gaz : les machines en cuisine, le chauffage central et l’alimentation de la cogénération
  • en électricité : la production de froid (frigos, congélateurs, ateliers réfrigérés) et les machines
  • en carburant : les déplacements de véhicules pour les banquets (Belgique et pays limitrophes)

Les rejets des eaux usées sont également un point d’attention. Ils sont de trois sortes : eaux industrielles (ateliers de cuisine et buanderie), eaux domestiques et eaux pluviales. Toutes aboutissent en un point unique d’égout public, cette partie du parc d’activités n’étant pas pour l’instant équipée d’un réseau séparatif. Le Permis d’environnement énonce que des travaux de conformité pour la séparation des eaux domestiques et industrielles d’avec les eaux pluviales devront être entrepris lors de transformations futures.

En outre, pour le lavage des vaisselles et linges, ainsi que dans l’entretien de l’infrastructure, l’utilisation de produits dangereux nécessite une attention spéciale, à commencer par la recherche de produits alternatifs moins dommageables, souci permanent.

Un autre point significatif est la gestion des déchets. Les triages déjà en place sont satisfaisants : sur notre site à Ciney nous trions plus de vingt catégories de déchets. La solution mise en place pour stocker et évacuer les déchets organiques cuisinés permet une très importante diminution des déchets industriels de base (DIB) soit les déchets résiduels, donc non triés.
Les surfaces bâties sont de 3050 m2 (1850 m2 pour le bâtiment logistique et administratif et 1200 m2 pour les cuisines). Il n’y a pas eu de modification en surfaces bâties en 2015.

Des acquis et réalisations

Dès 2008, grâce à la prise de conscience collective et à la motivation de nos collaborateurs, le Traiteur Paulus a entamé une approche éco-responsable. En ces dernières années où pourtant la structure des charges est de plus en plus délicate, le Traiteur Paulus a eu l’audace d’ajouter des actes concrets pour l’environnement. Ces actes relèvent aussi de la conscientisation de tous les acteurs ; ce que nous avions initié a, depuis, produit des effets multiplicateurs.

En 2010, ces actions se sont structurées dans un programme dénommé ECO-TRAITEUR, intégré lui-même ensuite dans l’approche EMAS, enregistrement européen constituant le haut de gamme de la certification environnementale. Le 1er enregistrement EMAS a été délivré le 24 février 2013.

Quelques signes visibles :

Photovoltaïque sur suiveur, cogénération à gaz avec 6 000 L d’eau chaude en tampon, triage petits et grands déchets, …

Des actes :

Avec CO2logic compensation chaque année des émissions de CO2 pour le carburant consommé par nos véhicules l’année précédente, véhicules de tous types tant organiques que loués.
Coûts financiers de ces compensations : 2012 + 2013 + 2014 + 2015 : 14 255,21 euros TVAC.

Depuis 2012, des grands chantiers ont été menés à bonne fin pour l’infrastructure.
Notre cabine haute tension, récente et puissante, sécurise complètement nos installations et évite toute perturbation du réseau. Nous y avons ajouté l’équipement nécessaire à une réinjection pour les compléments photovoltaïques éventuels sur les toits des bâtiments.
Nos systèmes de production de froid, ont été renouvelés et sont économes en énergie primaire.

Nous soutenons par ailleurs les actions pour la biodiversité dans nos régions en sponsorisant un apiculteur local qui crée de nouvelles colonies d’abeilles.

Soucieux de l’aspect social de nos fournitures, nous intégrons le fairtrade dans nos achats « bio-locaux-fairtrade », même si ce projet sort un peu du strict aspect du respect de l’environnement.

Nos efforts et investissements en énergie durable nous ont permis de diminuer nos consommations énergétiques ; le tableau ci-après montre également les émissions CO2.

Emissions annuelles totales de gaz à effet de serre, en tonne équivalent CO2 (CO2, CH4, N2O2, HFC, PFC)
Un premier bilan de nos émissions carbone (CO2) a été établi pour l’année 2012 et sert de repère pour mesurer les progrès. Nous envisageons les émissions CO2 selon trois cercles :

Cercle 1 : Les émissions directement liées aux consommations énergétiques : mesurables
Cercle 2 : Les émissions liées aux déplacements des fournisseurs et personnels : peu mesurables
Cercle 3 : Les émissions en amont des approvisionnements : non mesurables

L’entreprise peut et veut agir directement sur le 1er cercle et exercer une influence sur les deux autres par des incitations et par des choix comme le fait de privilégier la proximité des producteurs.
Pour ce 1er cercle, en 2012 le Traiteur Paulus avait une empreinte carbone (***) de 2 048,459 tonnes CO2, en 2013 de 1 852,308 tonnes CO2, en 2014 de 1 619,030 tonnes CO2, et pour l’année 2015 cette empreinte est détaillée comme suit :

Type d’énergie 2013 2014 2015 U mes. Coeff. (*) Tonne CO2/2015
Electricité, achetée (100 % production verte) 424373 493546 528726 kWh 0 0
Gaz naturel de distribution, acheté 627749 552195 504774 kWh 2,907/1000 1467,38
Gaz propane en bouteilles, acheté 6509 6086 4651 kg 3,077/1000 14,31
Carburant pour déplacements de véhicules 99892 95064 93749 litre 2,660/1000 249,37
Compensation par projet CO2 logic (**) 97105 99892 95064 litre 2,660/1000 252,87
Total empreinte carbone 2015 (1er cercle), en tonne CO2 1 478,19

(*) Les coefficients de transposition en CO2 sont ceux donnés par le conseiller environnement de l’UWE, corroborés par CO2logic.
(**) L’entreprise compense via les projets CO2logic le CO2 émis par le carburant utilisé pour les déplacements de l’année précédente : 97105 L (2012) compensés en 2013, 99892 L (2013) compensés en 2014, 95064 L (2014) compensés en 2015. NB : les 93 749 L de 2015 seront compensés en 2016.
(***) Les productions et économies électriques par photovoltaïque et cogénération, s’établissent par rapport à notre électricité 100% verte ; il n’y a pas lieu donc de les déduire. Cette correction a été apportée aux chiffres de la déclaration 2013 pour valider la présente comparaison.

Nos performances environnementales

L’entreprise s’est montrée performante selon plusieurs thèmes environnementaux, mais en particulier les résultats dûment vérifiés de nos objectifs opérationnels chiffrés en est un signe évident.

Résultats vérifiés pour les objectifs opérationnels chiffrés – ANNEE 2015
Le tableau ci-après compare les données brutes et celles pondérées avec le CA comme indice d’activité :

Objectif opérationnel Conso de Réf. Conso 2015 BRUT Enjeu 2015 BRUT Bilan 2015
BRUT
Pondération > Performance 2015
Score Réf Score 2015 %
- 3,0 % eau, m3 9 130 6 181 - 273 -2 949 1 162 699.7 -39.78
- 3,0 % électricité, kWh (*) 577 106 528 726 -17 313 - 48 380 79 135 59 853.2 -24.37
- 1,5 % gaz, kWh 669 479 504 774 -10 042 -164 705 85 217 57 141.8 -32.95
- 0,5 % carburant en L 97 040 93 749 - 512 -3 291 12 352 10 612.6 -14.08
-10,0 % déchets (Cl 2), Kg 140 047 81 000 -14 005 -59 047 17 826 9 169.4 -48.56
- 3,0 % papier A4, Kg 1 938 1 563 -58 -375 266 176.9 -33.50

(*) Rmq : il s’agit de l’électricité payée au fournisseur, donc sans les productions Cogen et P-V.

Résultats vérifiés pour les objectifs opérationnels chiffrés - cycle EMAS 2013-2014-2015
Le tableau ci-après compare les données brutes et celles pondérées avec le CA comme indice d’activité :

Conso brute / CA en millions d'EUR = SCORE

Objectif opérationnel Performance % 2013 Performance % 2014 Performance % 2015 Performance % Moyen / 3 ans
- 3,0 % eau, m3 -32.87 -29.95 -39.78 - 34.20 %
- 3,0 % électricité, kWh -31.59 -14.28 -24.37 - 23.41 %
- 1,5 % gaz, kW -6.03 -10.94 -32.95 - 16.64 %
- 0,5 % carburant en L + 3.17 + 5.78 -14.08 - 1.71 %
- 10,0 % déchets (Cl 2), Kg -19.19 -45.64 -48.56 - 37.80 %
- 3,0 % papier A4, Kg -13.91 -25.56 -33.50 - 24.32 %

(*) Rmq : il s’agit de l’électricité payée au fournisseur, donc sans les productions Cogen et P-V.

Indicateurs et flux

Des indicateurs sont tenus pour suivre les progrès au regard des objectifs opérationnels.
Ces indicateurs sont pondérés par l’évolution des chiffres d’affaires annuels pour affiner l’analyse et notamment vérifier l’acquisition des objectifs opérationnels.
En outre, les flux entrants et sortants sont également relevés : les consommations en eau, électricité, gaz, les quantités de déchets de chaque catégorie, les approvisionnements en matières (viandes, poissons, etc.), les matériels divers et produits d’entretien.

Nos nouveaux engagements

En adoptant la démarche EMAS, nous avons misé sur une approche managériale de l’environnement qui est basée sur un concept de progrès constants, à petits pas. Ce concept nous paraît le plus efficace pour obtenir dans l’entreprise des effets concrets et permanents. Pour prendre en compte chacun des aspects environnementaux significatifs relevés, sept objectifs opérationnels, mesurables, ont été sélectionnés pour le nouveau cycle de trois ans : 2016, 2017 et 2018.

Economiser l’eau et moins de pollution

Objectif 1 : C’est notre consommation importante d’eau de distribution et de notre puits de captage, aux normes et dûment analysée, qui oblige l’entreprise à un permis d’environnement de classe II. Il est donc logique que notre effort environnemental soit porté dans ce domaine. Au bout du cycle 2013-2014-2015, par rapport l’année de référence 2012 et pour un même volume d’activités, au lieu du progrès espéré ( - 3 %) nous avons réussi à réduire cette consommation de – 34,20 % (performance moyenne de ces trois années). Notre objectif pour la consommation en eau sera de maintenir ce score pour la moyenne des trois prochaines années du cycle 2016-2017-2018.
Nous utilisons des produits classés dangereux pour de nombreux actes d’entretien et de lavage. Même si lors des utilisations avec nos machines (lave-linge et lave-vaisselle) ces produits sont dilués et restent sous les niveaux requis pour être évacués normalement, nous apportons une attention accrue aux procédures de stockage et de rejets, et nous cherchons systématiquement à nous approvisionner pour ces machines en produits alternatifs moins dangereux.
Sur les lieux de banquet, nous continuerons à proscrire totalement l’usage de tout produit dangereux et nous n’utilisons pour les tâches d'entretien que des produits alternatifs non classés dangereux.

Economiser les énergies

Objectif 2 : En matière de consommation d’énergie électrique, par rapport à l’année de référence (ici 2011) et pour un même volume d’activités, au lieu du progrès espéré ( - 3 %) nous avons réussi à réduire cette consommation de – 23,41 % (performance moyenne de ces trois années). Notre objectif opérationnel pour la consommation en électricité sera de maintenir ce score pour la moyenne des trois prochaines années du cycle 2016-2017-2018.

Objectif 3 : En gaz, malgré que les marges d’économie sont réduites car la cogénération est grande consommatrice et malgré que cette consommation ne fluctue pas vraiment en fonction des activités, nous visons à maintenir également le score réalisé sur la moyenne du cycle précédent, qui se solda par l’étonnant succès de – 16,64 % au lieu des 1,5% planifiés. Notre objectif opérationnel pour la consommation en gaz sera de maintenir ce score pour la moyenne des trois prochaines années du cycle 2016-2017-2018.

Moins de carburant au kilomètre

Objectif 4 : Lors du cycle précédent, notre objectif de diminuer de 0,5 % la consommation moyenne par kilomètre parcouru s’est révélé non pertinent avec les données disponibles. Cet objectif a été adapté : c’est la consommation totale en litres de carburant par rapport à l’indice d’activités qui fut retenu. Ainsi au bout du cycle 2013-2014-2015, la performance dûment constatée fut une diminution de – 1,71 %. Notre objectif opérationnel pour la consommation en carburant sera de maintenir ce score pour la moyenne des trois prochaines années du cycle 2016-2017-2018 et en même temps de réduire de - 0,5 % la consommation moyenne par kilomètre parcouru, dès que ces données seront parfaitement exploitables.
A noter que nous sommes très dépendants de l’état et du type des véhicules que nous louons et beaucoup de nos missions sur banquets sont conduites par des chauffeurs utilisés en extra, ce qui complexifie les dispositifs de management environnemental.

Moins de déchets, plus et mieux triés

L’entreprise génère des déchets, dont un grand nombre sont triés et gérés de manière différenciée. La liste ci-après, extraite d’une de nos instructions de travail, distingue les nombreuses sortes de tris :

Type de déchet Mode de récolte/stockage
D1 bouteilles de gaz vides armoires grillagées fermées
D2 films plastiques étirables sac > conteneur spécifique 1 m3
D3 papier sac > conteneur spécifique 1 m3
D4 carton vrac> conteneur spécifique 1 m3
D5 déchets résiduels (DIB / Cl 2) sac > conteneur spécifique 1 m3
D6 organique (cuisinés) sur le site conteneur spécifique > 3 x cont. semi-enterré 1300 L
D6a organique sur grand Bqt conteneur spécifique de la société en charge
D7 verres sac > conteneur spécifique : 12m3/B1 et 240 L/B2
D8 PMC sacs et vrac > conteneur spécifique 2 m3
D9 huiles et graisses bidon métallique > abri tôlé (B2)
D10 bidons plastiques (non dangereux) vrac > conteneur spécifique 2 m3
D11 cartouches d'encre PRINTER vrac > caisse carton
D12 cartouches d'encre autres sac/bac > station déchets rares (B1 Loca)
D13 vidanges produits dangereux roller transit entrepôt Loca
D13a petits dangereux (pot peint., etc.) station déchets rares (étage B1 Loca)
D14 frigolite vrac > roller (repris en l'état)
D15 porcelaine vrac > conteneur 240 L (lave-vaisselle)
D16 aérosols station déchets rares (étage B1 Loca)
D17 déchets métalliques vrac > adaptation selon le cas
D18 déchets bois vrac > adaptation selon le cas
D19 piles sac/bac > station déchets rares (B1 Loca)
D20 DEEE sac/bac > station déchets rares (B1 Loca)
D21 encombrants vrac > adaptation selon le cas
D22 inertes vrac > adaptation selon le cas
D23 végétaux (tontes pelouses, …) vrac > adaptation selon le cas
D24 textiles (e.a. linges de table) recyclage interne avant évacuation

Objectif 5 : Parmi les déchets, ce sont les déchets résiduels qui ont le plus d’impact négatif sur l’environnement. C’est donc là que nous maintenons notre objectif opérationnel. Au bout du cycle des trois années écoulées, le score de – 37,80 % est assez remarquable. Il est vrai que nous avons réussi à limiter drastiquement la part des déchets organiques dans ces déchets non triés.
Notre objectif opérationnel ici sera de maintenir ce score pour la moyenne des trois prochaines années du cycle 2016-2017-2018.
En outre, sans y chiffrer un objectif opérationnel nous maintiendrons une surveillance attentive des quantités de déchets organiques (cuisinés) dans le cadre de la lutte contre le gaspillage alimentaire. Nous surveillerons également chaque année le volume total des déchets.

Moins de papier

Il reste incontournable d’utiliser le support papier en interne car une grande partie des utilisateurs de l’information ne sont pas équipés de moyens informatiques. C’est le cas aussi en externe où les relations commerciales en particulier imposent des règles d’apparence différentes.
Pour diminuer nos consommations plusieurs démarches sont installées dans l’entreprise privilégiant les techniques modernes (scans, fax mis dans les boites mails, projection/écran en réunions, etc.).
Le papier recyclé est massivement utilisé en interne.

Objectif 6 : En matière de consommation totale de papier, par rapport à l’année de référence 2012 et pour un même volume d’activités, au lieu du progrès espéré ( - 3 %) nous avons réussi à réduire cette consommation de – 24,32 % (performance moyenne de ces trois années). Notre objectif opérationnel pour la consommation en papier sera de maintenir ce score pour la moyenne des trois prochaines années du cycle 2016-2017-2018.
En outre, la proportion de papier A4 recyclé sera amenée à 90 % du total de papier A4 employé.

Moins d’émissions de CO2

Objectif 7 : Nous avons décidé d’aborder de manière plus complète notre empreinte CO2. Afin de pouvoir fixer un objectif opérationnel chiffré dépassant le 1er cercle de nos émissions lié aux seules consommations énergétiques, nous allons en 2016 mesurer un maximum de paramètres du 2ème cercle, notamment les déplacements domicile-travail de nos personnels. A partir de là, nous fixons d’ores et déjà pour la moyenne des années 2017 et 2018 une diminution de cette empreinte de 3 %.
Rappelons que nous compenserons encore les émissions de CO2 dues aux nombreux kilomètres professionnels parcourus par nos véhicules au prorata des litres de carburant consommé, par notre contribution financière volontaire aux projets de l’organisme agréé CO2logic.

Nos engagements en externe

En adoptant la démarche EMAS, nous nous sommes engagés aussi à inciter nos partenaires, nos fournisseurs et nos clients à partager ce même souci de respect et de protection de l’environnement. Nos communications externes y feront donc systématiquement référence.
En outre, nous nous sommes engagés à respecter une liste d’exigences et interdictions liées à une action plus déterminée en protection de l’environnement : par engagement contractuel, nous sommes engagés à oeuvrer solidairement à la protection de l’environnement avec un de nos partenaires.
Ces choix impliquent des sacrifices financiers pour l‘entreprise, mais malgré cela, nous voulons propager ce type de contrat, en le proposant à d’autres partenaires, propriétaires de salles et organisateurs d’événements. Cette stimulation encore rare dans notre secteur d’activité exercera à terme une pression efficace sur d’autres acteurs ; ce sera encore une contribution utile.

Nous nous engageons notamment à :

  • Persévérer à refuser l’utilisation de thon rouge tant que l’espèce est menacée
  • Proposer systématiquement un menu végétarien
  • Par couvert, en présentation initiale à table, maintenir notre décision qui a augmenté la proportion de légumes (+ 30 grammes) et diminué la proportion de viande (- 20 grammes)
  • Exercer auprès des clients une pression pour qu’ils renoncent au homard canadien (menacé de disparition et impact environnemental important) et donc privilégier le homard européen, plus cher mais non menacé et à impact environnemental moindre
  • Ne pas acheter ni proposer à nos clients aucun des poissons menacés de disparition :
    Référence www.fischonline.org, catégories 4 et 5:
    Rating 4 (orange) should not be considered sustainable, and the fish is likely to have significant environmental issues associated with its production. While it may be from a deteriorating fishery, it may one which has improved from a 5 rating, and positive steps are being taken. However, MCS would not usually recommend choosing this fish.
    Rating 5 (red) is associated with fish to be avoided on the basis that all or most of the above bullet points apply.

Contact au sujet de la déclaration d’environnement:

Responsable environnement pour SA Paulus, Adrien MERTENS, Tel : 0486 665497 – Courriel : amertens@paulus.be

Prochaine déclaration environnementale complète :

janvier 2017

Politique environnementale (ENGAGEMENT) 2016-2017-2018

La direction et les équipes du Traiteur Paulus ont en premier souci de satisfaire leurs clients par des produits et des prestations de grande qualité et en même temps s’engagent de manière décidée pour l’environnement.

Dans cette perspective, le Traiteur Paulus se gardera en parfaite conformité avec les lois et règlements traitant du respect de l’environnement, ainsi qu’avec des exigences plus sévères que demanderaient nos clients et partenaires.

Désireux de progresser graduellement et de manière continue dans ce domaine, le Traiteur Paulus s’engage à prévenir toutes formes de pollutions (eaux, sols, airs…).

Un système complet de prévention, de suivi et de correction est mis en place, de manière à maintenir strictement la bonne conformité des activités et infrastructures aux critères de l’agrément européen « Environnemental Management and Audit Scheme » (EMAS), conformité dûment vérifiée par un organisme agréé pour la certification.

La direction met dorénavant prioritairement les moyens nécessaires pour progresser dans l’appropriation par les personnels de l’entreprise des efforts pour le respect de l’environnement, et donc leur engagement personnel, à commencer par une efficience encore plus grande dans la diminution et l’élimination de déchets et dans le triage sélectif.

En outre, nous maintiendrons sous contrôle notre utilisation des énergies, nommément nos consommations en eau ; électricité et gaz, en optimisant l’utilisation et en étudiant avant chaque achat de gros matériel l’impact environnemental représenté par ses consommations.

Nous nous engageons dans une décroissance de notre empreinte CO2, dont les objectifs chiffrés seront définis chaque année en rapport avec l’indice d’activité.

Toutes les actions pour l’environnement concernent le site de l’entreprise à Ciney (cuisines, entrepôts logistiques et bureaux), les équipes à l’oeuvre sur les lieux extérieurs ainsi que les actions de livraison.

La direction apportera un soin particulier à l’information et à la conscientisation des parties prenantes que sont les partenaires, fournisseurs et les sous-traitants dont font partie les équipes sur lieux de banquets extérieurs à l’entreprise.

Un audit externe vérifiera annuellement les progrès et son rapport annuel sera publié.

Le Traiteur Paulus reste engagé résolument dans son projet ECO-TRAITEUR, convaincu que même si cet effort constant et onéreux ne renforce pas encore sa notoriété, il est salutaire pour cette planète qui est notre patrimoine commun, et le milieu à préserver précieusement pour nos enfants.

Le goût des saveurs, c’est aussi une planète qui a de belles couleurs !

Déclaration du vérificateur environnemental relative aux activités de vérification et de validation

AIB-Vinçotte International S.A., vérificateur environnemental EMAS portant le numéro d’agrément BE-V-0016 accrédité pour les activités suivantes 1, 10, 11, 13, 16, 18, 19, 20 (excl. 20.51), 21, 22, 23, 24, 25, 26, 27, 28, 29, 30.2, 30.9, 31, 32, 33, 35, 36, 37, 38, 39, 41, 42, 43, 45, 46, 47, 49, 52, 53, 55, 56, 58, 59, 60, 62, 63, 70, 71, 73, 74, 79, 80, 81, 82, 84, 85, 86, 87, 88, 90, 94, 95, 96, 99 (NACE-code) déclare avoir vérifié si l’organisation dans son ensemble figurant dans la déclaration environnementale 2016 de PAULUS SA portant le numéro d’agrément BE-RW-42, respecte l’intégralité des dispositions du règlement (CE) no 1221/2009 du Parlement européen et du Conseil du 25 novembre 2009 concernant la participation volontaire des organisations à un système communautaire de management environnemental et d’audit (EMAS).

En signant la présente déclaration, je certifie que:

  • les opérations de vérification et de validation ont été exécutées dans le strict respect des dispositions du règlement (CE) no 1221/2009,
  • les résultats de la vérification et de la validation confirment qu’aucun élément ne fait apparaître que les exigences légales applicables en matière d’environnement ne sont pas respectées,
  • les données et informations fournies dans la déclaration environnementale 2016 de PAULUS SA donnent une image fiable, crédible et authentique de l’ensemble des activités de l’organisation exercées dans le cadre prévu dans la déclaration environnementale.

Le présent document ne tient pas lieu d’enregistrement EMAS. Conformément au règlement (CE) no 1221/2009, seul un organisme compétent peut accorder un enregistrement EMAS. Le présent document n’est pas utilisé comme un élément d’information indépendant destiné au public.

Fait à Bruxelles, le 07 03 2016

Bart JANSSENS,

Président de la Commission de Certification.

Dernière actu

Dernière référence

Demandez un devis gratuit

Obtenez un devis pour nos services traiteurs ! Remplissez le formulaire, nous vous recontactons dans les 24 heures ouvrables.

 
 
 
 
(* = champ obligatoire)